lundi 2 juin 2014

Rap indé



Chez l'excellent éditeur Le mot et le reste vient de sortir un bouquin de Sylvain Bertot "Rap indépendant, la vague indé des années 90/2000".

On va pas mentir, ça s'adresse pas mal aux spécialistes et aux fondus, c'est très pointu, et n'échappe pas au name-dropping effréné. Mais de l'aveu même de son auteur, c'est pour essayer de rendre justice à tous les acteurs, même obscurs, de ce mouvement qui a secoué le rap ricain à un moment où le marché tentait de le policer, dans un mouvement désormais habituel pour la musique noire, du blues au disco en passant par le jazz. Beaucoup de blancs becs, pourtant, dans cette micro-révolution musicale, qui s'est attachée à garder en vie l'esprit du hip-hop originel, tout en le projetant dans le futur à grands renforts de samples SF ou folk-rock et de délires ésotériques. Ca c'est pour l'esthétique, mais le plus important, c'est la tentative de créer une scène loin des majors, et de la structurer, pour garder le contrôle sur sa production tout en la diffusant...

Malgré des défauts presque inhérents à l'exercice, c'est le premier bouquin qui s'attache à défricher cette scène foisonnante et souvent passionnante. Et l'auteur s'y connaît, qui a créé les sites défunts Nu Skool et Hip hop Section, très en pointe sur le sujet à l'époque. Il anime à présent l'excellent blog Fake for real, conseillé à ceux et celles qui n'entravent pas grand chose à la nouvelle scène Trap/Drill, de Chicago, Houston Memphis, etc. Un rap malpoli et froid, loin des canons de la Great Black music.

C'est donc un vrai ouvrage de référence, et c'est bien l'objet de tous les books sortis chez cet éditeur, des invitations à écouter et réécouter des oeuvres majeures plus ou moins restées obscures. On prépare un épisode sur cette nouvelle mine d'or. En attendant, un mix concocté par l'auteur et l'équipe du site Foxy Lounge, pour donner une idée du son dont au sujet duquel qu'on cause ici.

Merci à lui pour ce taf de titan, et ses encouragements et critiques pour notre humble émission.




On ne partage pas, et c'est bien normal, certains de ses choix . Le dédain affiché pour El-P nous étonne, l'amour inconditionnel pour les Shapeshifters encore plus; quant à l'intérêt qu'il porte aux crétins bourges décadents de TTC, Fuzati et consorts, ça frise l'insulte... Mais si vous voulez vous replonger dans cette aventure fondamentale et (re)découvrir plein de son, ce beau bouquin vaut vraiment le détour, pour peu que la petite histoire des labels et des multiples familles du mouvement ne vous rebute pas trop.

Le blog : Fake for real
Une interview assez fouillée : ITW

Chez le même éditeur, on vous conseille particulièrement le "Parcours blues" de Philippe Thiers, et le précédent bouquin de Sylvain Bertot, un parcours très complet dans les disques majeurs du rap depuis les débuts.

Et pour le plaisir, un clip d'un des groupes fondateurs de la scène indé, avec EL-P !