lundi 11 mai 2015

Le sale air de la peur # 8 : Les années de plomb algériennes...



Les années de plomb algériennes (1991-1999), manipulation du terrorisme par la junte militaire algérienne, construction médiatique et policière de l’islamophobie en France.
 

L'émission : Le Sale Air # 8

Ce mois-ci dans Le sale air de la peur, on se penche sur une période charnière de la fabrication de l’islamophobie en France. Les années 90 ont été ce moment où a pris corps l’amalgame entre Islam et terrorisme, suscité par la situation de l’Algérie toute proche, qu’on voyait basculer dans la barbarie et le chaos, du fait de la violence aveugle des groupes islamistes radicaux. Une fureur qui a semblé justifier toutes les outrances. Elle a été le terreau sur lequel s'est épanoui tout un discours médiatique et politique ainsi qu’un arsenal législatif servant à viser, culpabiliser et réprimer les musulmans réels ou supposés. Ces événements tragiques ont aussi servi de prétexte pour justifier des guerres impérialistes et quantité de restrictions aux libertés publiques.

Et pourtant, cette histoire était falsifiée : massacres, assassinats et attentats terroristes n’étaient que les rouages d’une effroyable machinerie de terreur et de mort. Aux commandes, la junte militaire algérienne, déterminée à garder le pouvoir quoi qu’il en coûte. Son opiniâtreté meurtrière aura saigné le peuple algérien avec près de 200 000 morts, un million de déplacés, des milliers de disparus et des dizaines de milliers d’exilés. Une décennie de terreur dont la violence ahurissante a pris ses sources dans 130 ans de colonialisme caractérisés par l’usage de la force brute et une tentation génocidaire récurrente. 

Tout cela n’aurait pas été possible sans le soutien du pouvoir français, sans le zèle des grands médias, sans l’appui de quelques faux-experts et intellectuels médiatiques. Ils ont été les derniers soutiens des « généraux éradicateurs » parmi la communauté internationale, contribuant à fabriquer le chimérique fanatisme musulman dont avait besoin le pouvoir algérien pour mater la population qui lui demandait des comptes. Ils les ont armés et les ont soutenu économiquement dans la poursuite de leur guerre contre le peuple.

Aujourd’hui, même si cette période de tous les mensonges et de toutes les compromissions continue à déterminer profondément les discours et les politiques, elle fait l'objet d’un gigantesque trou de mémoire. Nous pensons qu’il est plus que jamais temps de participer au retour de cette histoire refoulée.


Pour poursuivre sur ce sujet :

-Lounès Aggoun et Jean-Bapiste Rivoire, Françalgérie, crimes et mensonges d’États, La Découverte, 2004. (plein de références utiles dans la bibliographie)

- Reportage de l’émission 90 minutes, sur Canal +, diffusée en novembre 2002, Attentats de Paris, enquête sur les commanditaires.
https://www.youtube.com/watch?v=jIRuE_WRYa0

-Le site de l’OGN Algéria-Watch :
http://www.algeria-watch.org/francais.htm